Prévention épuisement dirigeant

Une absence imprévue pour un problème de santé serait pénalisante pour votre entreprise ?

La santé du dirigeant de TPE et celle de son entreprise sont indissociables.

source AMOROCK Olivier Torres

Nos trois approches pour prendre soin de vous: 

Prenez soin de votre bien être car le capital santé du dirigeant est le premier actif immatériel de la TPE/PME

Vous êtes dirigeant d’une entreprise et vous vous y êtes beaucoup investi. Votre corps fatigué vous envoie des signaux d’alerte comme : fatigue, douleurs diverses, difficulté à se concentrer, humeur à fleur peau…


« Il est temps de dépasser le constat réalisé par Olivier TORRES d’AMOROK « de 
l’inaudible souffrance patronale à l’inavouable santé du dirigeant »

  • 72% travaillent au moins 60 heures par semaine  (Source”Vaincre les solitudes du dirigeant“, Le Lab Bpifrance, octobre 2016  repris par la fondation MMA )
  • 40% vivent dans l’urgence quotidienne (60% vivent souvent dans l’urgence)
  • 47% présentent des troubles du sommeil
  • 2 fois plus de dépression (en 2010 source Institut nationale de prévention et d’éducation pour la santé)
  • 3 fois plus de suicides (source étude 2010 de santé travail)

Selon l’étude de 2019 d’AMOROK, 17,5 % des chefs d’entreprise présentent un risque de burnout . Le risque de burnout des chefs d’entreprise existe et il s’amplifie selon les secteurs et les métiers. Les artisans (35,3 %), les agriculteurs (35,2 %) et les experts-comptables (30,2 %) sont des populations atteignant des records .

De plus l’étude « The Bridge – De la santé du dirigeant à celle de son entreprise et de ses salariés » affirme même que : « Santé de l’entreprise, santé du dirigeant, santé des managers, santé des salariés sont intimement liées. Quand l’un va mal, les autres vont mal, quand l’un va bien les autres ne peuvent qu’aller mieux. »

L’étude conclue : “Le dirigeant devrait travailler sur lui-même, son hygiène de vie, prendre le temps du recul, car le stress (à ne pas confondre avec un travail actif) est facteur de dégradation du discernement et de la relation aux autres avant d’être l’antichambre de la maladie”.

Retour haut de page